Accueil > ... > Forum 2188

Quelle vie ensemble demain sur le territoire ? Une question citoyenne

7 juillet 2012, 08:59, par thierry

Le thème "Isolement et solitude" est effectivement un sujet essentiel et difficile. Il fait d’ailleurs l’objet d’une première action par le groupe solidarité. Nous avons eu un premier échange lors de notre dernière matinée de travail sur ce sujet lors de la présentation de l’avancée des travaux des différents groupes.

Tout en soulignant l’intérêt de l’action projetée par le groupe pour identifier (et former) des bénévoles susceptibles de rendre visite à des personnes isolées (souvent âgées et peu mobiles) des dans des communes de démarrage de l’action ; nous étions plusieurs à penser que l’on ne faisait là que tenter de soigner un mal de notre société comme on mets une rustine sur un pneu usagé...qu’il faudrait s’attaquer à la racine du mal.

La racine du mal : la perte de la sociabilité, c’est à dire au final, la perte même de ce qui fait de nous des humains, des êtres capables de faire société et surtout d’y vivre bien. Il faudrait diagnostiquer les raisons d’une telle perte dramatique en détails, mais à grands traits on peut convenir (et chacun s’y accorde je crois aujourd’hui) que c’est lié au développement d’un individualisme forcené, même si heureusement en même temps on voit surgir des actes de générosité et de solidarité face aux drames auxquels nos sociétés sont confrontés par le fait de la nature ou de la folie des hommes. Mais la question est comment au quotidien restaurer une plus grande sociabilité, une solidarité plus effective source d’un mieux être ensemble ?

Là encore il suffit de voir comment nous nous replions sur nous-mêmes, sur notre cellule familiale, notre maisons, nos soucis, nos affaires, nos biens ? Comment nous ne sommes plus trop capable de partager parce que notre société nous conditionne pour au contraire nous approprier les choses matérielles ?

Notre réfléxion collective de l’année dernière sur les déchets, nous a montré comment les déchets s’originaient du développement de la société de production capitaliste des biens de consommation à profusion ? de notre souci de satisfaire par la possession de ces biens nos désirs insatiables au détriment de la recherche d’une qualité d’Etre. L’Avoir l’emporte sur l’Etre. Que tout cela conduisait à l’accumulation individuelle et au rebut de nombreux objets, que l’on était parfois amené à jeter pour faire de la place à de nouveaux objets neufs satisfaisant nos désirs du moment, notre goût du changement, d’être à la mode, d’avoir les derniers modèles... En disant cela je ne critique pas "les autres" ; non c’est plutôt une auto-critique collective. Je me mets dedans ! mais je me dis aussi que j’aimerais pouvoir en sortir, que j’aimerais que nous puissions tous en sortir, car je vois bien, nous voyons bien que c’est une question aussi de survie collective (le "développement durable"). Je me dis aussi que nous pouvons nous en sortir ensemble par un travail collectif de réflexion d’abord et d’action ensuite.

Voilà pour moi les grandes lignes directrices ou les fondements d’une réflexion à venir pour lutter à la racine du mal de l’isolement : nous faisons le constat que nous ne partageons pas assez les choses et les moments ; mais à bien y réfléchir , qu’avons nous besoin d’avoir tous une tondeuse à gazon, un composteur, un broyeur, un motoculteur...pour évoquer l’univers du jardinage ; qu’avons nous besoin d’avoir tous les mêmes livres , les mêmes CD ou DVD (pour évoquer le domaine des loisirs) ; qu’avons nous besoin d’avoir tous une machine à laver le linge, un séche linge (pour évoquer le domaine de l’entretien de la maison) ; qu’avons nous besoin d’avoir tous un vélo, une voiture ? Bien sûr en disant tous j’exagère, et en évoquant tous ces objets d’appropriation personnelle je touche à des choses plus ou moins sensibles !

Mais la question que je pose à travers ces exemples est relativement simple (même si je sens bien et je sais bien que c’est plus compliqué à réaliser...) : ne pourrions pas imaginer un partage de tout cela :
1- qui éviterait l’accumulation des objets
2 - qui permettrait de faire des économies par mutualisation des coûts
3 - qui nous mettrait en situation de renforcement des liens sociaux
4 ....

Il y a de nombreux bénéfices à cela...mais il y a de nombreux obstacles aussi.

Partant de ces constats , ma proposition de réflexion et d’action à terme serait donc : pour vaincre l’isolement à la racine il faut renforcer, redévelopper les sociabilités et les solidarités entre les gens, les familles, les voisins...en apprenant à échanger davantage aussi les choses qui nous appartiennent ! mais comment faire concrètement pour passer des paroles généreuses aux actes solidaires pour le bien être de tous, pour faire véritablement société, pour accomplir et réaliser notre humanité ?
Que peut-on partager ? comment ? à quelles conditions ? dans quelles limites ? comment avancer pas à pas contre nos conditionnements en tenant compte de la réalité des comportements des autres mais aussi des nôtres ?

Voilà un thème difficile qui fait le pont avec la réflexion précédente , mais qui ouvre aussi de nouveaux horizons du vivre ensemble demain sur notre territoire, mieux qu’aujourd’hui...

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.