Accueil > ... > Forum 2177

Prise de risques ?

13 février 2012, 16:06, par Rest

Bonjour, je souhaite réagir au premier message de Cassandre, et peux-être, je l’espère, apaiser la peur qui me semble transparaitre tout au long de celui-ci. Je suis malheureusement que peu surpris de constater que la construction d’un établissement pour l’aide à la Santé Mentale génère autant de craintes..

Pour répondre à l’une de vos question, à savoir "avez vous bien mesure les risques engendres par la presence de personnes handicapes en circuit ouvert ???", il faut bien comprendre que si l’état autorise depuis des décennies l’ouverture de tels centres de soins au sein même de communes, c’est que le risque a forcément été mesuré, et ce, depuis fort longtemps.
Ensuite, vous dites "je suis une mere de famille et je refuse de prendre le risque que mes enfants croisent une personne malade en crise,,ou en alcoolemie et que mes enfants soient confrontes a des comportements de perversions sexuelles,, d’exhibitionnistes ou de toute forme de violence", pour cela je rejoins un peu Thierry lorsqu’il dit "Vivre est un risque". SI vous refusez de tel risque pour vos enfants, alors n’en faites pas, ou alors si vous en avez déjà, cloisonnez les à double tour, car vous en croisez tous les jours.

J’ai pour ma part travaillé dans un centre médico psychologique dans lequel allaient et venaient des individus ayant pour la plupart une pathologie mentale ( Maniaco-depression, schizophrénie, autre psychose), et pour la plus grande majorité, leur principal souhait était de vivre "normalement", d’avoir un logement, d’avoir un travail, d’avoir des relations. Car il faut bien comprendre que ces personnes, au même titre qu’une personne ayant une pathologie somatique, souffrent quotidiennement. D’avantage peux-être, car c’est sur le plan des relations sociales qu’elles ont le plus de soucis, notamment celui d’être mis à l’écart. J’avais aussi mes propres représentations au départ ( le fou qui pète un câble et tire sur tout ce qui bouge, le pervers en long manteau qui s’exhibe à la sortie d’une école, ou encore l’alcoolique qui tabasse sa famille), au final, toutes ses représentations sont erronées, et ce qu’il en ressort, c’est énormément de souffrance pour ces personnes pointées du doigt, par peur, par méconnaissance..

Je termine sur deux choses. D’une part, je soutiens ce projet puisqu’il permet une prise en charge et une ouverture sur une socialisation à des personnes qui souffrent mentalement, et qui en ont besoin. D’autre part, il faut bien comprendre qu’une personne prise en charge entre dans un réseau, et est alors connue des différents services travaillant en collaboration. Autrement dit, comprenez par là qu’il y a autant de risques de croiser un "FOU DANGEUREUX" avec la présence de ce centre, que sans la présence de ce centre, car le "FOU DANGEUREUX" n’est lui, pas connu.

Après, de là, à cloisonner ses enfants à double tour, il n"y a qu’un pas ..

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.