Accueil > ... > Forum 140

Mesdames, messieurs les candidats : à vous la parole...

29 février 2008, 18:43, par MARIE LINE QUERO

En réponse à la lettre d’Alain Collet aux candidats aux élections, je souhaite apporter quelques éléments qui illustreront , je l’espère, l’état d’esprit dans lequel, en tant que candidate à l’élection municipale à Pléguien, je me présente devant les citoyens ;

Tout d’abord, je me considère comme une citoyenne tout à fait ordinaire ayant simplement envie de participer à la vie de la cité, d’ou cet engagement qui se veut politique, c’est à dire au sens étymologique du mot « relatif à l’organisation de la cité ». En effet, même si je suis convaincue que l’on peut et que l’on doit même, au travers de la démocratie participative pouvoir donner son avis et s’investir dans le fonctionnement de la cité ; il me semble aussi évident que seule la démocratie représentative ,c’est à dire celle issue du suffrage des urnes permet dans le cadre de notre constitution , d’accéder aux instances où seront prises les décisions qui présideront au devenir de la cité.
Mais le fait de me présenter aux suffrages des citoyens et d’être éventuellement élue, je ne le conçois pas simplement comme » l’obtention du pouvoir de décider « pendant un mandat ; c’est surtout pour moi la responsabilité de participer à la gestion de la commune ,au maintien de son identité mais aussi à sa vitalité, à son développement harmonieux et à la prise en compte des différents intérêts qui s’y expriment , même si ceux –ci sont parfois contradictoires. C’est cet équilibre qui doit être trouvé au travers des différentes actions menées ,avec souvent des ordres de priorités pas faciles à définir ; et c’est là que l’on trouve ,à mon sens , les véritables qualités des élus :ce sont la capacité à anticiper et à décider dans le sens de l’intérêt général , sans se laisser perturber par les intérêts particuliers que chacun, et c’est logique , voudra défendre au nom de son seul intérêt….or une somme d’intérêts particuliers a rarement constitué l’intérêt général….la probité, le sens des responsabilités ,l’écoute, la disponibilité et l’équité doivent aussi prendre tout leur sens ;le travail de l’équipe municipale doit être efficient , et même si les dossiers sont de plus en plus complexes et doivent être traités de plus en plus rapidement , pour prendre rang, dans notre système administratif compliqué , les décisions doivent être précédées d’échanges et de débats avec l’ensemble des élus et parfois même avec la population pour des choix importants.
Un point sur lequel je souhaite aussi insister dans cette participation au débat publique, c’est ce que m’a appris mon premier mandat municipal ; la nécessaire patience de l’élu et sa déception parfois de ne pas pouvoir faire plus de choses ou de ne pas pouvoir mener en même temps plusieurs projets structurants pour la commune .Le quotidien de l’élu n’est pas toujours fait de grandes décisions, mais d’actions au service de…et l’on retrouve des thèmes aussi différents que la voirie, l’école, l’entretien des bâtiments communaux et cultuels mais aussi la solidarité à l’égard de personnes en difficultés sociales ou familiales, l’aide aux personnes âgées et aux familles au travers du CCAS , mais aussi la gestion et la prise en compte du personnel communal, la gestion de l’urbanisme sur la commune et la délivrance des permis de construire, et encore, la gestion de conflits de voisinages, le fleurissement, l’éclairage public , l’entretien et le renouvellement du parc de matériel communal , mais aussi l’organisation du repas des anciens et la distribution des colis de Noêl…et cette liste à la Prévert n’est pas exhaustive ; dans une commune comme Pléguien, toutes ces tâches sont réalisées essentiellement par les élus et principalement le Maire et les adjoints soutenus par les services de la Mairie qui se limitent à une ou deux indispensables secrétaire de mairie , plus que polyvalentes et dont on ne mesure pas toujours les différentes tâches qu’elles doivent remplir au quotidien.

Ce long préambule m’a semblé nécessaire pour éclairer cette fonction d’élu(e) bien souvent décriée et mise à mal mais qui à mon sens, dans nos petites communes , relève plus souvent de l’apostolat que d’une recherche d’un quelconque pouvoir ,,tant la disponibilité et le sens du service public sont présents pour une rétribution modeste .

Pour ma part, au sein de la liste menée par Roland Tréguier, de sensibilité de gauche, c’est à dire regroupant des personnes adhérentes au parti socialiste et non adhérentes mais militantes ou sympathisantes à gauche, je souhaite poursuivre et mener de nouvelles actions pour le développement et le maintien de la qualité de la vie à Pléguien et pour notre participation active à la poursuite de la construction de l’intercommunalité au sein de la CDC.

Je suis persuadée que ce prochain mandat sera celui de l’Environnement ; nous devons, à tous les niveaux agir et réagir : il est de plus en plus évident ,et de nombreuses études récentes le montrent , que nous gaspillons notre Terre et lui prélevons plus qu’elle ne peut et surtout ne pourra donner à plus ou moins long terme ; et le terme final se rapprochera d’autant plus vite si nous ne réagissons pas. La prise de conscience semble enfin réelle et l’on assiste depuis quelques temps à toutes sortes d’initiatives se référant au « développement durable » …alors même si certaines initiatives apparaissent parfois un peu opportuniste , j’ai tendance à me dire que si cela va dans le bon sens et si ce n’est pas que de la poudre aux yeux, finalement , pourquoi pas….mais je souhaiterais que l’on rappelle d’ou vient ce terme de « développement durable » qui est en fait notre traduction du terme anglais « sustainable development » qui au sommet de RIO en 1992 résumait une nouvelle approche du développement destinée à répondre aux défis du XXI ème siècle et fondée sur l’équilibre à établir entre activités économiques, préservation des ressources naturelles et des écosystèmes et répartition plus équitable des richesses. Ce développement « soutenable » doit donc l’être économiquement, écologiquement et socialement.
C’est de ce sommet de RIO qu’est issu cet « agenda 21 » auquel il est aussi souvent fait référence et qui est en fait le programme d’action pour le XXIème siècle destiné à traduire dans les faits les 27 principes du développement durable préconisés par les Nations Unies.
Nous devons tous agir à notre niveau et si je suis élue, je proposerai à l’équipe municipale de présenter dans le prochain bulletin communal les 27 mesures de cet agenda 21 ainsi que l’agenda 21 local validé par la CDC et pour lequel elle a d’ailleurs obtenu un prix . Il est important que chacun prenne connaissance de ces principes et se sente concerné ; le changement ne viendra pas seulement d’actions exceptionnelles et ponctuelles mises en place par les collectivités seules ,mais de nos actions ordinaires à tous. Je souhaiterai ensuite pouvoir dans chaque bulletin municipal relayer des expériences intéressantes dont nous pourrions nous inspirer au quotidien ou pour des actions à plus long terme.

Je souhaite situer toute mon action au sein du conseil municipal dans un esprit nécessaire de solidarité.
Et le programme de notre équipe exprime tout à fait ce sentiment ; bien sûr, un programme doit présenter les projets que les candidats souhaitent mener à bien pour la commune mais il doit aussi défendre un esprit au travers de ces actions.
Au travers de ce programme, nous souhaitons poursuivre le développement de la commune et l’accueil de nouveaux habitants ; cet accueil devra se faire au travers de l’application du PLU qui a été approuvé et est le garant d’une occupation raisonnée de l’espace et de l’application de règles d’urbanisme indispensables ;

Un équilibre devra être recherché entre l’offre privée et l’offre publique au travers d’opérations de lotissements et d’habitat locatif en neuf ou restauration initiés par la mairie ;cet accueil de nouveaux habitants peut seul permettre le maintien dans la commune des quelques commerces de proximité encore existants et qui en dehors du service commercial rendu assurent un lien social fondamental ;cet accueil permettra aussi le maintien d’une école au sein du regroupement pédagogique existant et l’on sait l’importance de l’école dans la vitalité d’une commune ;ces nouveaux habitants , au travers de leur apport fiscal au budget de la commune permettront aussi la réalisation de projets structurants tels qu’un équipement multifonction à destination des jeunes ,des anciens , des différentes associations présentes sur la commune et bien sûr de la population en générale.
Au travers du CCAS , la solidarité envers les personnes âgées ou en difficulté continuera de s’exprimer ; c’est un service fondamental qui existe depuis de nombreuses années , se développe, se modernise avec une meilleure prise en charge des personnes et aussi une meilleure reconnaissance du travail réalisé par les aides ménagères au travers de la mise en place de contrats plus clairs et d’emplois moins précaires ; s’il est vraiment un domaine ou l’on faisait du « durable »sans parfois le savoir c’est bien là …
L’environnement n’est bien sûr pas absent de nos préoccupations ; et là aussi la réflexion est lancée depuis longtemps autour de la lagune par exemple, de son entretien nécessaire et effectué pendant ce mandat, et de son évolution à terme ; l’assainissement individuel est redevenu la norme dans nos campagnes quand cela est possible ; mais certaines opérations plus importantes nécessiteront soit un raccordement au réseau collectif , soit un traitement semi-collectif…des innovations se font jour et il est important de mener les études nécessaires et de se faire aider par les structures appropriées afin de profiter d’expérimentations ou de réalisations respectueuses de l’environnement et qui pourraient être mises en place chez nous. Nous n’avons pas la science infuse , ne possédons pas toutes les compétences et il est important de s’entourer d’experts quand nécessaire.
En terme d’entretien, la commune a pendant ce mandat adhérée à la charte du syndicat du Goëlo pour la protection de la ressource en eau et adapté ses actions en conséquence en supprimant l’utilisation de produits phytosanitaires et utilisant des méthodes plus respectueuses de l’environnement. Sur ce point, l’important travail de rachat de terres autour de la station de pompage de KERIO afin de garantir un périmètre de protection et la qualité de l’eau a été une réalisation fondamentale et délicate de ce dernier mandat ;car maintenant que cette station est réalisée sous la maîtrise d’ouvrage de la CDC, une majorité de personnes en sont fiers et y font référence ; mais ce projet solidaire s’il en est et exemple d’une intercommunalité réussie n’a pas été sans rencontrer des opposants et des écueils ; et là aussi, il a fallu des élus convaincus , volontaires , responsables et informés pour le mener à bien. Cet endroit rendu à la nature est aujourd’hui un lieu de biodiversité important mais aussi un lieu de balades et de détente ;les gens se le sont appropriés et le succès de la manifestation culturelle organisée en juin 2007 sur le site était parlant.
Mais cela n’est pas suffisant, notre action en matière d’environnement devra aller plus loin ; en tant que collectivités (communes et communauté de commune) nous devons servir d’exemple ; et là aussi, notre responsabilité est grande et la tâche est importante ;il faut en effet rompre avec des façons de faire bien installées et aller parfois contre la volonté des habitants pour qui , cette notion de protection de l’environnement reste vague et mal définie.
Il convient d’éviter certains pièges ; la protection de l’environnement ne se résume pas à installer 5m2 de capteurs sur sa toiture ou récupérer l’eau de pluie…

ce sont des actions qui vont dans le bon sens mais à côté il faut gérer l’urbanisation nouvelle et travailler sur les projets tant dans la définition des nouvelles zones constructibles que dans leur organisation, le découpage et la taille des lots, l’implantation du bâti, les parties communes, le mode d’assainissement, les matériaux et les énergies nouvelles possibles et souhaitables….c’est ce véritable travail d’aménagement du territoire qui est à mon sens au cœur d’un véritable développement durable en touchant à l’économie du territoire( arrêter de manger de la terre agricole) le social (recréer des lieux de vie en lien avec l’existant et non pas seulement des lotissements dortoirs en cul de sac) et l’environnemental( au travers de l’organisation des lots, de l’implantation du bâti, des matériaux utilisés et des énergies renouvelables…) Et sur ce point, la collaboration des communes et leur entente est indispensable ; chacune doit être convaincue de la nécessiter d’évoluer sur ce point de l’habitat et travailler ensemble ; c’est là , à mon sens un des challenges futurs de la CDC pour ce mandat. Un Plan Local de l’habitat a été voté par la CDC durant le dernier mandat ; ce plan souhaite répondre à toutes ces questions liées à un aménagement durable du territoire au travers d’actions prenant en compte la restauration du bâti existant et la construction neuve et intégrant ces principes de solidarité, d’énergies nouvelles, de matériaux sains ,d’économie du territoire….
La mise en application et le suivi de ce PLH sont nécessaires sur notre territoire si l’on veut relever ce challenge de l’habitat durable. La CDC ne possède pas de service urbanisme et une aide extérieure apparaît incontournable si l’on ne veut pas que ce dossier reste ponctuel et inappliqué. .

Au niveau des compétences de la CDC, le volet économique est toujours cité comme le plus important ; bien sûr le maintien et l’installation des entreprises sur notre territoire sont fondamentaux pour le maintien de sa vitalité ; mais là aussi , attention, la nécessité d’accueillir de nouvelles entreprises ne doit pas nous faire oublier les objectifs environnementaux ; les zones artisanales et industrielles doivent répondre à des règles de « qualité »même si l’on sait qu’une zone restera toujours une zone et qu’un bâtiment industriel , de par son ampleur et sa typologie aura toujours un impact important ; un certain nombre de prescriptions , fixées au départ des projets doivent permettre d’obtenir des ensembles mieux intégrés dans l’environnement existant car mieux implantés, utilisant certains matériaux de vêture extérieure, réglementés en terme d’espace avant et arrière du bâtiment , de clôtures ,de signalétiques ,d’enseignes, et bien sûr de gestion des déchets.

D’autres points seront aussi à mettre au programme des débats de la CDC , dans la poursuite des décisions déjà prises et d’actions déjà entreprises :la petite enfance , les personnes âgées autour de la thématique du vieillissement, la jeunesse, les transports, la vie culturelle ,la préservation du patrimoine….sur ce point du travail réalisé au sein de la CDC , les misions de cette collectivité sont nombreuses et les débats importants pour le devenir de notre territoire ; pour l’instant , j’ai l’impression que cette structure n’a pas la reconnaissance qu’elle devrait avoir ; c’est une sorte d’entité qui existe, que l’on connaît plus par son Président et par quelques manifestations que véritablement dans ses actions réelles et ses responsabilités ; cela est certainement dû au mode de désignation des élus communautaires ; le choix à l’intérieur de chaque conseil municipal des délégués qui siègent à la Communauté se fait comme en retrait de la population qui finalement s’y intéresse peu.

L’élection des élus communautaires directement par la population permettrait peut être de donner à cette collectivité la place qu’elle devrait avoir compte tenu de ses compétences et de d’organiser et de faire participer les citoyens à des échanges sur son fonctionnement ,ses projets et ses orientations. Une réforme de ce type me semble indispensable dans un avenir proche.

Pour terminer ce texte un peu décousu et certainement incomplet, je souhaite que les élus dont j’espère continuer à être ,n’ oublient pas la démocratie participative et n’ hésitent pas pour certains projets importants à associer les citoyens aux réflexions ; la décision appartient en définitive, clairement et logiquement ,aux élus mais il ne faut pas se priver des idées et de la participation des citoyens sous peine d’un désintérêt de leur part de la vie des communes et de l’intercommunalité. Aux citoyens je dirai de s’engager dans la vie des communes et de considérer ces hommes et ces femmes élus tels qu’ils sont, c’est à dire pour la majorité d’entre eux , des gens de bonne volonté, soucieux de remplir une mission au service de la Commune, de l’intercommunalité et donc des habitants qui leur ont fait confiance .

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.