*
Forum Citoyen Leff Ar Mor
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

Et l’obsolescence programmée ? Cela vous parle-t-il ? C’est assez difficile de la définir car c’est une grande nébuleuse qui n’a pour unique but que le profit et l’enrichissement d’industriels grâce à des consommateurs pris au piège de la société de consommation. On peut néanmoins préciser que le fait de limiter la vie d’un appareil ou d’un produit par un artifice quelconque correspond à ce que l’on appelle aujourd’hui « l’obsolescence programmée ». Cette manipulation oblige donc le consommateur à acheter un nouvel appareil dernier cri avec des fonctionnalités nouvelles et un design à la mode, et à se débarrasser de l’ancien que l’on ne répare plus car irréparable ou réparable au prix du neuf. L’instauration du « devis payant » est également un facteur non négligeable de ce gâchis.
Cette idée n’est pas récente puisqu’elle a été initiée peu de temps après l’arrivée de l’électricité car les industriels se sont aperçus que les ampoules duraient trop longtemps. La durée de vie fut donc limitée à 1000 heures. Dans les années 60, un fabricant de collants pour femmes modifie la formule chimique du nylon trop résistant afin qu’ils filent et ne soient plus durables
L’obsolescence programmée peut prendre diverses formes, parfois insidieuses. Son objectif initial s’est très diversifié. Ainsi, elle peut être :
- fonctionnelle : l’appareil est programmé pour fonctionner une certaine durée. Exemples : une imprimante pour « X » pages d’impression – une machine à laver pour « X » cycles – un réfrigérateur pour « X » heures de fonctionnement. On peut également rencontrer des appareils dont certains composants ont été positionnés sur des platines de telle sorte que leur dégradation sera plus rapide. Exemple : le positionnement d’un condensateur de quelques euros près d’une alimentation dégageant de la chaleur, le changement du condensateur (quand il peut être changé) coûtant très cher.
- indirecte : cela consiste à ne plus à « s’attaquer » à l’appareil mais à son environnement, par exemple l’alimentation. C’est le cas pour des appareils portatifs pour lesquels les alimentations sont soit quasiment impossibles à retirer de l’appareil soit disponibles mais très chères.
- par péremption : cela se rencontre dans l’alimentation, la pharmacie ou encore la cosmétique. A noter que chaque habitant français jette chaque année 20 kg de marchandises non déballées du fait des dates de péremption.
- visuelle : cela concerne essentiellement le milieu des fruits et légumes pour lesquels l’apparence est capitale. La couleur, la forme, les dimensions, tout doit être parfait pour attirer le client. Cela se traduit par la mise au rebus de près de 50 % de certaines catégories de denrées consommables mais non commercialisables selon des critères imposés.
- par notification : cela consiste à faire signaler par l’appareil le remplacement d’une de ses parties, comme par exemple l’imprimante qui demande à changer les cartouches alors qu’elles ne sont pas complètement vides.
- par incompatibilité : cela consiste à commercialiser un produit qui ne pourra être mis en œuvre que grâce à un appareil plus puissant ou d’une version très récente comme un logiciel qui ne peut pas être installé sur tous les ordinateurs.
- esthétique : cela concerne l’évolution de la mode (vêtements, chaussures,…) et donc les conséquences pour ceux et celles qui souhaitent la suivre.

Ce concept qui a connu son heure de gloire lors des trente glorieuses perdure alors que l’économie n’est plus aussi florissante. Cela pénalise doublement les consommateurs qui sont dans une période difficile et de plus se trouvent dans l’obligation de remplacer l’appareil « défectueux ». Par ailleurs, cette rotation délirante a pour autre conséquence très grave de détruire les ressources naturelles dont certaines commencent à manquer.
Un courant initié aux Etas Unis tente d’endiguer le phénomène. Il s’agit du mouvement « Cradle to Cradle » dont le principe est concevoir des produits qui sont soit biodégradables, soit recyclables. Dans le premier cas, ils s’inscrivent dans un cycle biologique qui les ramène à la terre. Dans le second, ce sont des déchets techniques qui après usage sont facilement démontables et ses composants réutilisables à l’infini pour servir de matière première à d’autres produits. L’idée est belle mais il faut séduire les entreprises même si cette philosophie commence à faire des émules (DIM, SNCF, BOUYGUES, DANONE, ALSTOM). Il faudra cependant beaucoup de temps pour inverser totalement un mode de fonctionnement basé sur le profit à tout prix.

Un film-documentaire intéressant à voir sur Youtube

Alain COLLET

contact@forumcitoyen.net
www.forumcitoyen.net

PS : A noter, la réalisation par l’association « Forum Citoyen Leff Ar Mor » d’une étude sur les déchets (historique, tonnages, organisation, fonctionnement), à retrouver sur le site.


-------------------------Réagir à cet article] -------------------------

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.