*
Forum Citoyen Leff Ar Mor
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

Pour une rénovation du conseil citoyen - 22 mai 2010

Notre dernière assemblée générale du mois de février constitue un tournant dans la jeune histoire du Conseil Citoyen dont Alain Collet rappelait alors que c’était déjà la 6ème AG. Encore une fois nous avons pu nous satisfaire entre nous du travail accompli, mais nous avions déjà un point d’interrogation qui nous avait fait choisir pour cette AG de privilégier le débat interne plutôt qu’une intervention extérieure : comment notre travail était-il vu, compris par la population ? Comment nous identifiait-elle ? Et comment pouvions-nous mieux mobiliser les habitants pour renforcer notre action et l’esprit citoyen qui nous anime depuis l’origine ? Alain Collet posait dans son rapport moral les questions suivantes pour ouvrir ce débat :
« Sommes-nous toujours bien compris dans notre démarche ou dans nos intentions ? Sommes-nous bien à notre place ? ».

Pour illustrer et introduire ces interrogations, nous avons réalisé avec l’aide de Yann Savidan de la Communauté de Communes, un micro-trottoir auprès des habitants et des élus. Le regard des habitants était particulièrement éclairant. Il venait confirmer nos inquiétudes : nous ne sommes pas vraiment connu comme association indépendante et plutôt nous apparaissons souvent confondu avec la Communauté de Communes dont nous n’apparaissons que comme un organe associé aux élus du territoire.

Ces premiers constats eurent un écho fort lors de notre débat et nous avons pu ainsi lister nombre d’interrogations qui ont été soigneusement notées par Pascal Méance. Des questions qui contenaient déjà des pistes pour reconsidérer le fonctionnement du Conseil Citoyen pour mieux le réarticuler aux préoccupations des habitants telles qu’elles sont vécues au quotidien. Une question ressortait de manière aigüe de cette ouverture du débat : ne devions nous pas faire attention à l’asphyxie ? Avions-nous bien les moyens de faire face à la multiplication et à la réplication des manifestations que nous lancions et continuions d’organiser et d’animer sur le territoire (forums) ? Le risque n’était-il pas alors de perdre notre capacité à ouvrir de nouveaux horizons et être des défricheurs d’idées ? De ne plus être cette force de propositions et d’expression citoyenne que nous ambitionnons d’être ? Le tassement (pour ne pas dire la diminution) de notre capacité de mobilisation et de regénération des membres du Conseil Citoyen est bien l’indicateur de ce risque.

Michel Lancien exprimait alors assez bien lors de ce débat un idée essentielle : ne fallait-il pas trouver une autre temporalité pour l’action du Conseil Citoyen, plus détaché du rythme éprouvant de la gestion et de la décision qui est celui des élus locaux et communautaires, afin d’être dans un temps de respiration et tourné vers une meilleure écoute des habitants afin de remplir ce rôle d’expression et de prise de conscience citoyenne ?

Nous avons ainsi tout au long de la soirée de cette AG accumulé de nombreuses réflexions. Notre premier CA 2010 a déduit les conclusions logiques de cette amorce de débat : la nécessité d’une journée de travail approfondi tout un samedi pour examiner cette question qui apparaissait alors comme celle d’une nécessaire refondation du Conseil Citoyen. Cette journée a eu lieu le 27 mars. Nous n’étions pas tous là (illustrant encore notre difficulté à mobiliser même à l’interne), mais ceux qui ont participé ont été, je crois, satisfait de pouvoir continuer ainsi la réflexion dans un écho très net avec les préoccupations exprimées lors de l’AG. En amont, nous avions aussi mis en ligne (et diffusé par papier) un questionnaire reprenant les interrogations soulevées pour connaître l’avis de chacun. Tous encore n’ont pas répondu (et là on peut encore s’étonner de ce défaut de réponse au sein même d’une association qui défend avec intensité le principe de la participation citoyenne...), mais les réponses présentées lors de cette journée (et disponibles sur le site), ont été éclairantes et souvent convergentes.

Un groupe de travail interne a remis en ordre tout ce début de réflexion très riche pour opérer ce renouveau du conseil citoyen en dégageant tout à la fois des débuts de propositions concrètes pour réorganiser de manière opérationnelle notre fonctionnement interne et nos articulations nécessaires avec notre environnement économique et politique. Il est apparu que ce travail devait ouvrir aussi sur une relecture des textes, chartes et conventions qui régissent ce fonctionnement, jusqu’à la nécessité aussi de repréciser de manière cohérente avec les évolutions du Conseil Citoyen dans sa jeune histoire, ses buts statutaires.

Nous avons eu une nouvelle soirée de travail le 21 mai où l’ensemble des membres était invités. Il commençait à refaire beau et nous n’étions pas nombreux (16). Mais à nouveau le débat a été passionnant et passionné par moment. Ce qui ne manque pas c’est l’énergie, la volonté. Et du coup me vient à l’esprit que le titre de la soirée « Une refondation du Conseil Cioyen ? » n’est peut-être pas le plus juste, car les fondations sont bien là et sont solides, bien ancrées par tout le travail de création du Conseil Citoyen. Peut-être faut-il mieux parler de « rénovation » du Conseil Citoyen ? Il s’agit plus de réajuster notre fonctionnement à nos ambitions de départ, favoriser l’expression et la conscience citoyenne pour qu’elle participe des projets de développement du territoire dont les élus sont responsables à leur niveau. Mais pour cela il faut se tourner davantage vers les habitants et trouver de nouvelles formes de propositions d’idées. Il faut sans doute aussi trouver un thème fédérateur des réflexions des différents groupes de travail du Conseil Citoyen prenant en compte les préoccupations quotidiennes des gens mais qui soit aussi un lieu et un motif d’interrogation de nos pratiques afin qu’elles soient plus citoyennes et orientées vers le souci de ce que nous voulons léguer à nos enfants.

Peut-être aussi cette rénovation passe-t-elle par un changement de nom ? La question revient sans cesse en suspens, avec cette nécessité de mieux se distinguer de la CCLP (Communauté de Communes de Lanvollon Plouha ou Conseil Citoyen de Lanvollon Plouha) et de mieux équilibrer notre attachement au territoire de l’ensemble des communes qui le composent « entre Leff et Mer ».

En tout cas le débat se poursuit, de prochaines réunions sont à venir, mais la réflexion n’arrête pas et nous avons ouvert sur les différentes questions un forum sur le site. Encore une fois chacun est appelé à apporter sa pierre à la rénovation du Conseil Citoyen.


------------------------- Réagir à cet article -------------------------


Pour une rénovation du conseil citoyen
31 mai 2010, par thierry

Le débat est ouvert point par point sur chacune des propositions.

<