*
Forum Citoyen Leff Ar Mor
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

Et si on mesurait la démocratie participative ? par Thierry Raffin - 6 juillet 2008

« Démocratie participative », « développement durable » : ces mots sont devenus à la mode. Nous les entendons partout ! Tous les politiques (ou presque) les ont intégrés dans leur vocabulaire. Des mots valises ? Des mots vides ? Utilisés pour tout ou n’importe quoi ? Galvaudés ? Pas toujours ! au moins faut-il l’espérer ! Mais il est vrai, que s’ils reflètent une attente (une volonté ?) (une nécessité !) de changement dans la manière de conduire notre démocratie politique et le développement économique, loin s’en faut que les pratiques soient toujours à la hauteur des discours. Et cet écart (grand écart parfois) entre les discours et la réalité (que chacun peut ressentir avec tristesse ou dégoût ou même colère) entretient alors une méfiance par rapport à la politique et surtout une défiance à l’égard des hommes politiques (dont certains se font forts de se nourrir sur le terreau du discours « tous pourris »). Dommage et Danger pour la démocratie.
Alors que faire ?

Il faut pouvoir se donner des indicateurs de la santé, et de la validité des actions engagées au nom de la démocratie participative. Cette dernière peut avoir plusieurs définitions ou du moins peut-on la comprendre diversement. Cependant on peut s’accorder pour dire que pour réaliser la démocratie participative il faut pouvoir organiser le dialogue entre les élus et les citoyens sur un mode plus fréquent et plus nourris que celui qui fait le temps fort des élections – le temps de capter les voix et de se faire élire. La démocratie participative locale c’est alors rester en contact, en écoute des attentes, des idées des citoyens tout au long de la vie municipale et intercommunale à une époque où l’intercommunalité se développe de manière importante.

Nous avons la chance sur le territoire de Lanvollon Plouha d’avoir une Communauté de Commune dont le Conseil Communautaire vient d’être remis à neuf et qui vise justement avec force ce développement de la démocratie participative dans une optique de développement durable et solidaire. Les discours nous assurent de cette volonté. L’effort est mis aussi pour mettre en place l’organisation qui doit permettre que cette ambition se réalise.

Le nouveau Conseil Communautaire affiche une volonté de concrétiser ce progrès démocratique, en ouvrant largement à la société civile la plupart des commissions communautaires où se fait le travail de préparation des décisions politiques, économiques d’aménagement du territoire par les élus.

Le Conseil Citoyen se mobilise aujourd’hui fortement pour participer à ces commissions et nourrir ainsi la réflexion collective, cherchant à exprimer le point de vue des citoyens tel qu’il se dégage des échanges de ses propres groupes de travail. Reste à savoir si toutes les commissions (et leurs groupes de travail) fonctionneront bien, c’est à dire se réuniront régulièrement dans des conditions permettant une bonne participation de la société civile, en laissant bien la place à l’expression de tous. En tant que membres du Conseil Citoyen nous seront attentifs à cette qualité des échanges possibles et à la manière dont ils pourront nourrir les décisions du conseil communautaire. Nous serons d’une certaine manière les acteurs, mais aussi les témoins et la mémoire de cette avancée de la démocratie participative.

On peut compter sur nous pour cela. Mais nous aurons aussi le souci de mesurer et d’objectiver ces avancées. Car d’une certaine manière la santé de la démocratie participative peut se mesurer au nombre de fois où les commissions déclarées sur le papier se réuniront et à la mobilisation des élus et des membres de la société civile lors de ces commissions. Cela aussi nous pouvons le compter.

Car une commission qui ne se réunirait pas ou qui ne réussirait pas à mobiliser ses membres serait sans doute une commission fantôme qui viendrait alors fragiliser la démocratie participative et la réduire à une simple expression généreuse mais creuse.

Alors soyons vigilant à ce que les mots de la démocratie ne sonnent pas creux sur notre territoire.


-------------------------Réagir à cet article] -------------------------

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.