*
Forum Citoyen Leff Ar Mor
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

LE GROUPE DE TRAVAIL PATRIMOINE DU CONSEIL CITOYEN par André Fichant - 6 juin 2008

Initialement, ce groupe s’intitulait « identité du territoire ». Il s’agissait, pour la dizaine de participants constituant ce groupe (se réunissant une fois par mois), d’essayer de caractériser les éléments de l’identité du territoire communautaire : entreprise ambitieuse, dans la mesure où la Communauté de Communes est de création récente ; cette identité étant alors en pleine construction. Cette notion d’appartenance à un espace commun ne peut émerger que très lentement.

Les paysages variés, vestiges du bocage breton, le patrimoine, les traditions, les savoir faire, les produits du terroir, les symboles, la signalétique originale, les projets culturels, sociaux, économiques et environnementaux sont certainement des éléments de cette identité.

L’objectif premier du groupe était, dans un premier temps :
- de sensibiliser les habitants de ce territoire à cette démarche de recherche de notre identité
- de les rendre acteurs dans le développement de ce territoire (c’est là d’ailleurs la vocation du Conseil Citoyen)
- de les aider à forger cette identité en assumant l’héritage du passé pour construire une communauté originale : « cinquante ans de progrès effrénés ne peuvent détruire entièrement des siècles de civilisation rurale ».

Les membres de ce petit groupe de travail souhaitaient passer d’une perception intuitive de ce qui fait la trame de la Communauté de Communes à une perception plus objective. Une enquête auprès de la population était lancée ; un questionnaire distribué à plus de 100 personnes devait permettre de recueillir de l’information sur cette question. Seulement 25 questionnaires renseignés purent être exploités. Après traitement des données et interprétation, quelques points furent mis en avant. Par exemple : le symbole fort de la Communauté de Communes est le site de Blanchardeau, son moulin, le logo, l’eau (présente sur tout le territoire).

L’identité s’appuie :
- sur une façade maritime et les activités qui peuvent en découler
- sur un espace rural dédié à l’agriculture
- sur un projet culturel
- sur la préservation de l’environnement, la recherche de la qualité des eaux, la reconstruction des haies bocagères, l’assainissement, la protection de la zone littorale,…….
- sur un patrimoine naturel et culturel relativement riche
- enfin, sur l’intercommunalité qui se traduit par un processus de coopération entre les communes et une image positive de la solidarité.

Cette étude succincte étant terminée, le groupe décidait de réorienter son activité vers le PATRIMOINE en se proposant d’effectuer un recensement à l’échelle de la Communauté de Communes. En effet, chaque commune possède sur son territoire des richesses méconnues voire inconnues léguées par nos pères. Cette démarche allait s’inscrire pleinement dans la perspective du développement durale car ces richesses patrimoniales doivent durer :
- économiquement : le patrimoine tant matériel qu’immatériel peut être source d’animations culturelles et / ou touristiques (tout en évitant de sombrer dans exploitation trop poussée). Ce peut être un support au développement d’une politique communautaire.
- socialement : la découverte ou la redécouverte du patrimoine local, sa sauvegarde, sa reconquête parfois, peuvent permettre la restauration des liens intergénérationnels. Tout le monde a quelque chose à dire sur le patrimoine.
- environnementaux : en incitant, en faisant naître un intérêt partagé par tous pour la préservation du patrimoine naturel, par exemple.
Il s’agissait enfin de porter un autre regard sur ces patrimoines. Mieux les connaître pour mieux les comprendre, mieux les comprendre pour mieux agir : préservation, restauration, valorisation, gestion, transmission sont des axes forts de notre projet.

Le patrimoine mérite notre respect. Il doit aussi pouvoir être étudié pour nous permettre de recueillir le fruit d’expériences longuement et parfois chèrement acquises. Aidés par les municipalités des 15 communes, nous avons réussi à effectuer un collectage d’informations tant dans le domaine du patrimoine naturel que dans celui du domaine culturel.

Désormais, il nous fallait présenter quelques sites intéressants. Ce fut chose faite au travers au travers de quelques fiches descriptives mises à la disposition du public dans les mairies et les offices de tourisme. Ainsi, une fiche relative aux fontaines, une autre aux arbres remarquables sans compter celle des chapelles furent présentées. Les thématiques n’ont pas toutes été exploitées. Elles le seront en fonction des disponibilités des uns et des autres du groupe, à moyen terme.

Parallèlement à cette activité, une exposition de cartes anciennes voyait le jour dans la salle d’exposition de Blanchardeau. Elle reçu un accueil favorable de la part du public nombreux qui fréquente ce lieu. L’année suivante, le groupe récidivait en présentant une exposition sur les arts de la table au début du 20ième siècle sur le territoire communautaire. Plus de 600 visiteurs franchirent la porte de la salle d’exposition.

La réalisation de ces deux expositions s’inscrivait dans une démarche participative. Elles n’étaient pas le fait d’une personne mais de tout un groupe qui avait su mobiliser des ressources matérielles et humaines pour mener à bien ses projets. Bien entendu, les services culturels et de communication de la Communauté de Communes apportèrent leur aide précieuse. Pour approfondir la culture patrimoniale locale, le groupe effectue régulièrement des sorties sur le terrain à la demi-journée ou à la journée. L’un des membres du groupe devient le guide d’un jour. Un compte rendu agrémenté de quelques dessins est remis à chaque participant.

Dernier événement marquant de l’activité du groupe : mars 2008, la troisième exposition intitulée « du fil à l’aiguille, au fil du temps » qui a connu un bon succès. Par cette exposition, le groupe voulait évoquer des savoir faire ancestraux féminins dans le domaine de la couture, la fabrication des vêtements et leur entretien.

Nous voici au terme de 5 années de travail collectif. Nous avons vécu une expérience enrichissante partageant « le culte des débris ». A l’heure où le virtuel est présent partout, nous pensons qu’il est bon de jeter un regard respectueux sur ces choses du passé car comme le dit Ernest Renan « les véritables hommes de progrès seront ceux qui auront pour point de départ un profond respect du passé ».


-------------------------Réagir à cet article] -------------------------

Vos commentaires

  • Le 13 novembre 2008 à 18:54, par Emilie En réponse à : LE GROUPE DE TRAVAIL PATRIMOINE DU CONSEIL CITOYEN

    Bonjour, je m’appelle Emilie, je fais mes études sur le patrimoine, à l’université de Saint-Etienne. Le projet que vous avez monté m’intéresse beaucoup. Pourrais-je avoir les coordonnées d’une des personnes qui s’en est occupé ? Merci.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LE GROUPE DE TRAVAIL PATRIMOINE DU CONSEIL CITOYEN
13 novembre 2008, par Emilie

Bonjour, je m’appelle Emilie, je fais mes études sur le patrimoine, à l’université de Saint-Etienne. Le projet que vous avez monté m’intéresse beaucoup. Pourrais-je avoir les coordonnées d’une des personnes qui s’en est occupé ? Merci.