*
Forum Citoyen Leff Ar Mor
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

« Bien vieillir dans ma commune à Pommerit-Le-Vicomte »
Café des âges à Pommerit - Vendredi 27 octobre à Pommerit-Le-Vicomte - 12 janvier 2007

Débat animé par Geneviève Guy :
Présentation de « l’association Vieillir, c’est vivre » et de sa philosophie
Introduction par G.Guy :
- Comment bien vivre et bien vieillir à Pommerit-Le-Vicomte ? Qu’est
ce que j’ai besoin ?
- Comment imaginer l’intergénération dans ma commune et en faire un lieu
de vie pour tous les âges ?
Notre société voit couramment cohabiter 4 générations et devra
répondre à des questions nouvelles.

Pour prolonger l’échange et le débat de ce café des âges rendez-vous sur le forum : LE FORUM

Compte-rendu du débat / 27 personnes participantes

Présentation de « l’association Vieillir, c’est vivre » et de sa philosophie
Introduction par G.Guy :
- Comment bien vivre et bien vieillir à Pommerit-Le-Vicomte ? Qu’est
ce que j’ai besoin ?
- Comment imaginer l’intergénération dans ma commune et en faire un lieu
de vie pour tous les âges ?
Notre société voit couramment cohabiter 4 générations et devra
répondre à des questions nouvelles.

Diffusion du diaporama : vieillir, c’est vivre : dites-le !

La Vieillesse :
Comment peut-on définir la vieillesse ? Vieillir, c’est quoi ? Opposition des termes
jeune/vieux.
Pour les jeunes et aussi les moins jeunes, l’utilisation du terme vieux pour désigner les
personnes âgées choque et manifeste un manque de respect. Il est préférable d’employer le
mot personne âgée.
Vieillir, est un déroulement normal de la vie, un passage obligé. On est toujours le plus jeune
ou l’aîné de quelqu’un notamment dans notre famille : « ça dépend d’où on se place, j’ai 25
ans et une petite fille de 10 ans me considérera vieille, c’est relatif ».
« J’ai 86 ans et je ne me sens pas vieille ».
Etre vieux, c’est peut-être quand on n’a plus d’activité ou quand on commence à avoir des
problèmes de santé.
Bien vieillir
La présence des associations dans la commune semble avoir un rôle important pour le bien
vivre et vieillir à Pommerit-Le-Vicomte. Bien vieillir, c’est rester actif, ne pas rester enfermé
chez soi, avoir toujours le goût d’entreprendre et participer à la vie de la commune mais c’est
aussi pouvoir rester tranquille et profiter de la vie tout simplement.

Qu’est ce qu’on pourrait imaginer à Pommerit-Le-Vicomte pour bien vieillir ?

Il fait bon vivre à Pommerit-Le-Vicomte : « Nous avons presque tout pour bien vieillir à
Pommerit-Le-Vicomte ». On se connaît et nous devons pérenniser cette dynamique. Des
éléments sont importants pour la vie de la commune : des lieux de rencontre, les petits
commerces, un centre-ville vivant, du partage, des logements adaptés. Nous devons aussi
permettre aux personnes à faible mobilité de sortir de chez elles et de se rapprocher du bourg
pour ne pas rester seule dans leur grande maison.

L’intergénération

Echange de savoirs et transmission de mémoire

Les vieux voient les jeunes comme le passé. Les jeunes ne sont pas forcément sensibles au
passé. Pourtant notre existence est fondée sur la construction de notre histoire. Nous avons
besoin de repères et pour avancer, nous devons aussi regarder en arrière. Les anciens peuvent
nous aider dans cette transmission des savoirs, de souvenirs et à amener le passé vers le futur.
Il faut trouver les moyens d’échanger mais en contre partie, les anciens doivent accepter que
les choses bougent.
Les associations ont un rôle important à jouer dans le lien entre les générations mais souvent
elles ne se mêlent pas les unes aux autres. Chacune a ses propres objectifs et activités, les
aînés vivent le jeudi et les jeunes le samedi. Il y a très peu de rencontres entre elles sauf pour
le Téléthon. On devrait organiser des activités qui rapprochent les générations. _ L’informatique
ou l’activité de boules pourraient rassembler les jeunes et les moins jeunes. L’informatique
dont Internet apparaît comme un outil essentiel de dialogue et de communication. Mais pour
d’autres, l’informatique peut au contraire éloigner et exclure puisque les plus âgés n’osent pas
forcément se rapprocher de cet outil et peuvent ressentir un sentiment de dépossession. De
plus, la communication électronique n’est que virtuelle et peut parfois aussi entraîner
l’isolement des personnes qui restent devant leur écran d’ordinateur.
Pour les plus jeunes, le lien intergénérationnel est aussi important pour l’échange de savoirfaire
et la transmission de l’histoire. Le lien en général est important, « parler avec les gens,
ça fait du bien et ça donne le moral ». Mais aller au devant des autres n’est pas toujours
évident, « je ne connais pas mes voisins, je n’ose pas aller frapper à leur porte, il faudrait des
lieux de rencontre ». Notre société ne va pas dans ce sens, les français deviennent très
individualistes, il faut reconstruire le lien.

L’intergénération

Comment imaginer un lieu de vie pour tous, jeunes/anciens ?
Echange autour du projet coeur d’îlot
L’important, c’est d’ouvrir sa porte et de rester vivre parmi les autres et avec les plus jeunes
pour bien vieillir. Les moins jeunes et les plus anciens regrettent les modes d’habitation qu’ils
ont pu connaître comme par exemple avoir son grand-père à domicile ou cohabiter avec
d’autres membres de sa famille : « A 80 ans, ma mère est venue vivre près de chez nous, elle
était sécurisée ». Mais aujourd’hui, les familles se dispersent : « J’avais mes grands-parents à
la maison, c’était fantastique ».

Habiter les uns à côté des autres n’est pas la seule condition à l’intergénération, il faut de
trouver les moyens de communiquer.
On peut habiter dans un grand ensemble et ne jamais se parler. On ne construit pas la vie
sociale avec des briques. Comment éviter d’en faire un lieu artificiel ? Les plus jeunes et les
moins jeunes peuvent avoir des besoins complémentaires et se rendre service les uns aux
autres (notion de don contre don) et pourquoi pas élaborer une charte de bon voisinage ?

Comment imaginer cet espace de vie ? Qui va venir y habiter ? Doit-on en faire un quartier
réservé pour les plus anciens comme c’est à la mode aujourd’hui ? Les plus jeunes ne seront
pas intéressés par une surface de 300 m2 et le lien au sein du quartier sera d’autant plus
fragile que les habitants sont de passage. La distinction de 3 pôles au sein du quartier pourrait
faciliter la cohabitation entre les âges et la projection dans l’avenir.

Il faut imaginer des choses simples, créer des opportunités, animer l’envie d’aller vers les
autres et penser les lieux de vie pour que les gens se croisent.
Pour qu’il y ait intergénération, il faut que les jeunes restent sur Pommerit-Le-Vicomte. La
considération des besoins de l’ensemble de la population est importante pour que notre
commune soit attractive dans son environnement. Avec l’évolution démographique, la
population bouge et les services d’aujourd’hui ne seront pas ceux de demain.

En conclusion

- On ressent une distension des relations entre les générations depuis des années. Pour les
jeunes et les moins jeunes, la reconstruction du lien est importante et nécessaire.
- Le lien social et intergénérationnel ne se construit pas avec de la pierre, il faut donner
envie à chacun d’aller vers l’autre. Le milieu associatif de la commune semble propice
pour cette démarche.
- La transmission de la mémoire et de savoir-faire entre les générations trouve tout son
intérêt dans une société où tout va toujours plus vite. Il est important d’échanger sur notre
vision du temps.
- Le débat commence mais mérite d’être poursuivi au sein d’une cellule de réflexion pour
faire avancer le projet et faire remonter nos attentes, nos envies.

Pour prolonger l’échange et le débat de ce café des âges rendez-vous sur le forum : LE FORUM

Les images (cliquez sur l'image pour l'agrandir) :

------------------------- Réagir à cet article -------------------------