*
Forum Citoyen Leff Ar Mor
Envoyer l'article à un ami
Destinataire  :
(entrez l'email du destinataire)

De la part de 
(entrez votre nom)

(entrez votre email)

Vers une solution pour l’école de musique du Leff ?
par L’écho du 13 au 20 juillet 2006 - 17 juillet 2006

La médiation entre la comunauté de communes de Lanvollon et l’école de musique du Leff porterait-elle ses fruits ? Lundi, l’école de musique a laissée transparaître des signes d’une éventuelle entente avec 1a Communauté. C’est du moins ce qu’a laissé entendre Thierry Burlot lors du conseil, mardi. C’est en fin de conseil communautaire que la question de l’école de musique avait été reléguée, mardi soir. Et Thierry Burlot s’est dit bien embêté de traiter ce sujet.

- En effet, suite à une présentation des premières conclusions de la médiation au bureau Communautaire élargi, puis à l’association, M. Guitton, expert indépendant de Sesson-Sévigné (35), a annoncé son choix de ne pas les présenter à la séance publique du conseil communautaire.

Des éléments nouveaux s’étant faits jour suite à sa rencontre avec l’association Ecole de musique du Leff où certains membres ont donné des signes d’une volonté de travailler avec la Communauté. Comme Thierry Burlot a choisi de communiquer rappelant que "pour sortir par le haut de ce conflit qui oppose la Communauté de communes et l’association Ecole de musique du Leff une médiation avait été décidée d’un commun accord". "Et il était convenu de rendre compte des conclusions de cette médiation lors de cette séance communautaire, du 11 juillet. Mais voilà, suite à la rencontre du médiateur avec l’école de musique où la situation de blocage et de refus de travailler avec la Communauté a semblé vaciller, M. Guitton a demandé à s’exprimer à huit-clos, face aux seuls élus communautaires. Je lui ai dit qu’il me plaçait dans une situation intenable qui rendrait encore plus illisible le conflit (..). je ne veux pas être celui qui bloque l’information".

Torts partagés

Il a donc dévoilé en partie ces premières conclusions de la médiation, mesurant ses mots et prenant à témoin les maires et membres de la commission paritaire présents lors de la réunion de la veille. "Comme l’a souligné le médiateur, toutes les conditions étaient réunies, d’un côté comme de l’autre, pour que cela ne fonctionne pas. Cette rupture n’est pas née d’un conflit de personne ni de l’arrivée de la coordinatrice, Carline Ollivier. Elle est le fruit d’une situation collective où les comptes certifiés auraient dû être exigés depuis longtemps. Le fait de verser où non la subvention n’a en rien modifié la situation de l’école de musique du Lejf qui est aujourd’hui en procédure de redressement. L’association, dont le projet culturel est une coquille vide, n’est pas en situation de liquidation, seul le tribunal de Grande Instance a pou
voir de l’y placer".
Après avoir précisé qu’il se tairait "sur ce qui a été dit sur la gestion de l’école", Thierry Burlot a poursuivi en livrant ces propres réflexions, demandant "quel serait l’intérêt de la Communauté d’évincer l’association", mais soulignant aussi "qu’en matière de gestion d’association, on a tous des leçons à prendre.

10 profs prêts à repartir

Après avoir dévoilé que, "les professeurs de musique, dans leur grande majorité (10 sur 14), se sont dits prêts à repartir", Thierry Burlot a livré les scénarios de sortie qui permettront aux élèves de poursuivre leur enseignement musical. Deux sont envisagés pour l’association : elle est placée en redressement par le tribunal mais une entente est engagée entre l’association et la Communauté qui reprend les passifs et actifs de l’association ou l’association est liquidée et disparaît. Dans cette dernière hypothèse, la Communauté de communes peut prendre la compétence en régie ou lancer un appel d’offre pour une délégation de service public.

Après débat où jean Le Floch a déclaré "on est tous responsables de cette situation", il a été une nouvelle
fois précisé que la structuration du partenariat par la redéfinition des règles, une tarification différenciée privilégiant les habitants du territoire et la possibilité pour Carline Ollivier de travailler. Thierry Burlot a aussitôt déclaré que "si l’association souhaite ou confirme sa volonté de parler avec élus communautaires, je serai de ceux-là".

Le débat est ouvert sur le forum "Ecole de Musique"


------------------------- Réagir à cet article -------------------------